Cheminements au hasard des encres

Un petit retour sur mes dernières encres et leurs différents cheminements. Une encre part toujours d’une vision d’illusion première et de différentes illusions successives qui se confrontent, s’affrontent, se chevauchent, s’annihilent parfois.

Les deux premières encres de la série qui suivent ont été pressées l’une contre l’autre afin de donner sensiblement la même disposition au niveau de leurs formes et rendu. Cet effet miroir a permis une interprétation différente mais tout aussi loufoque et établir une idée de résonance que j’ai évoqué précédemment dans un autre article.

Les deux encres suivantes sont parties du même procédé de départ de pressage sur deux grands formats en sachant que j’ai ajouté un mélange de colle et d’eau dans la deuxième encre. Si les couleurs sont presque identiques (un peu moins étendues sur la 1ere) les éléments déclencheurs ont été différents ce qui a changé le sens de lecture. La résonance se situe ici dans quelques éléments circassien qui se répondent comme une continuité ou un écho entre les deux.

Lorsque je suis en création et recherche de supports à de nouveaux hasards, je procède par séries, par vague de couleurs et formats à peu près identiques. Les deux encres suivantes ont un côté mythologique et biblique dans leur thème. De la première encre surgit Fenrir, fils du dieu Loki et de la géante Angrboda ce loup géant aussi puissant que dangereux. De l’autre, le personnage féminin du centre Zoe fabrique son arche pour sauver autant de créatures, monstres hybriques qu’elle peut

Cette dernière encre a émergé d’un contexte, d’un événement particulier et singulier, la perte d’un animal, son dernier aboiement… Elle fait juste écho à cette perte pour le symboliser et ainsi laisser une empreinte en quelques traits et couleurs…