Résonances

Difficile de se remettre dans le bain de la création après 6 bons mois à la mettre de coté pour réfléchir au mieux sur ma démarche artistique et le travail de mon mémoire de Master. La sculpture a été un moyen de reprendre peu à peu un certain rythme, tout en continuant mes lectures et recherches.

Que ce soit au cœur de mes dessins, de mes peintures ou encres, l’humain-animal est souvent représenté comme un appel ou un besoin de chercher cette part animal présente, cachée dans l’être humain, ce qui nous rapproche de la nature. Cette démarche résonne en quelque sorte comme une incantation d’une volonté d’imprégnation allant jusqu’à la métamorphose. Ainsi, cette première créature hybride et monstrueuse a été modelée peu à peu. Animale, primitive, elle est l’union entre l’être et la nature, cette nature que l’on s’imagine fièrement asservir…

Le cheminement a été progressif, même si j’avais dans l’idée de faire résonance avec une autre créature présente dans une de mes encres :

Par ailleurs, ayant fait beaucoup de recherches sur l’art Brut, l’envie d’utiliser des matériaux communs, récupérés ou naturels m’attirait. Ses ailes sont par exemple faites d’écorces de l’écorce de l’érable qui trône dans notre jardin, des coquillages, de branches, des coquilles de noix, des cupules de gland, de douilles en plastique, de cordes, de plumes et d’une mèche de mes propres cheveux l’ont aidé également à prendre son allure… Enfin, le noir d’ébène a exalté la prestance de cette femme-punk-animal.

Je pense me pencher sur cette idée de résonance plus sérieusement, répandre les échos de l’apparaître... grâce à cette palette d’expérimentations créatrices qui s’élargit peu à peu. D’ailleurs, les autres séries continuent d’évoluer à la recherche d’autres échos à venir :

 

Pour finir, ma prochaine toile se pare de ces derniers coups de pinceaux et un prochain article sera l’occasion d’en parler plus longuement.